Vous êtes ici : Accueil > Les livres > Iconologie : neuf études.

Page couverture.
Agrandir l'image

Iconologie : neuf études

Stéphane Bigham

Nous ne sommes plus au temps où il fallait justifier l'existence de l'« iconologie » par rapport à l'« iconographie », c'est-à-dire l'examen des fondements théologiques du phénomène artistique appelé icône. Est révolue aussi l'époque où on étudiait l'icône en particulier, et l'art chrétien en général, uniquement du point de vue de l'histoire de l'art. Je dis « uniquement » parce qu'il faut reconnaître la grande valeur de ces études. Mais ce qui manquait, et qui manque toujours dans certains cas, chez ceux dont les prédécesseurs ont versé leur foi dans ces images — les chrétiens orthodoxes — c'est la conscience que l'icône n'est pas un objet d'art de piété russe, grecque, roumaine, etc., mais qu'elle est une image hautement théologique qui véhicule une vision de la foi chrétienne, voire l'Évangile, aussi authentiquement que les livres écrits de la Bible.

L'icône doit être comprise de l'intérieur, par ceux qui vivent dans la tradition ecclésiale qui l'a produite, qui l'a préservée, qui l'a investie de sa vision dogmatique, qui l'a presque oubliée, qui l'a redécouverte et qui a le droit de l'interpréter. Ceux dont l'icône est une expression de leur propre foi doivent comprendre l'icône de l'intérieur, c'est-à-dire la vision théologique de l'icône, pour pouvoir ensuite aider les autres à la comprendre. Ainsi, nous espérons que ces neuf études suivantes aideront à faire avancer et à approfondir la connaissance du caractère théologique de l'icône.

L'art roman et l'icône
Table des matières.
Commander.
Les images chrétiennes
Table des matières.
Commander.
Épiphane de Salamine, docteur de l'iconoclasme?
Table des matières.
Commander.
Iconologie : neuf études.
Table des matières.
Commander.
L'art, l'icône et la Russie.
Table des matières.
Commander.
Les chrétiens et les images.
Table des matières.
Commander.
L'icône dans la tradition orthodoxe.
Table des matières.
Commander.
© Stéphane Bigham, 2010-2013. Tous droits réservés.